L'histoire de cette fleur emblématique

En 1793, pendant l'expédition d'Egypte de Bonaparte, la future impératrice Joséphine séjourne à Hyères, point d'entré idéal pour l'acclimatation des plantes d'origine australienne. Joséphine va recevoir d'Angleterre des spécimens de plantes rares et exotiques, qu'elle envoie aux jardins de Hyères, de Toulon et de Nice. C'est ainsi qu'apparaît en 1804 le "Mimosa", comme arbre de pleine terre sur la Côte d'Azur. Il faut également noter que son apparition est en partie due aux collectionneurs botaniques qui, passionnés par les nouvelles espèces, se sont procurés des graines d'Acacia.

L'Acacia dealbata (mimosa argenté), déjà connu outre-manche depuis 1792, est cultivé au Château de la Bocca à Cannes par Paul Nabonnand à partir de 1864, avant d'être planté six ans plus tard dans l'Estérel où il prospère et se multiplie naturellement.

La graine a un pouvoir germinatif assez extraordinaire par sa longévité. En effet, Sir William Herschel envoya à son père à Melbourne des graines du Cap qui ne furent plantées qu'en 1910 et 1911, soit 67 ans après. Sept plantes poussèrent et ne fleurit trois ans plus tard. Dans la nature, les graines conservent leur pouvoir germinatif pendant des périodes variables selon la dureté du tégument surinal[1].

 

 

 

 




[1] Il s'agit de l'enveloppe de la graine


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×